BOXE
  Pieds - Poings

Coordination - Automatismes - Efficacité

La Boxe Pieds-Poings est un sport de combat de percussion avec gants de boxe se déroulant dans un ring ou sur un praticable pour échanger les exercices et les oppositions avec un partenaire.

Appartenant à la catégorie des boxes dites « sportives », les combattants utilisent, suivant le règlement, les techniques de jambe (coups de pied et coups de genou), les techniques de bras (coups de poing et de coups de coude), les balayages et suivant le règlement, les techniques de projection (les fauchages et les autres techniques avec saisie).

Parmi les Boxes les plus connues, on retrouve :

Les Boxes Américaines : que l'on rencontre sous trois formes principales.

- Le Full-Contact : de son nom d’origine « full-contact karaté » habituellement sans coups de pied en dessous de la ceinture (une version des années 1970 existe avec low-kick et remise à la mode en 2008 par la FFFCDA), devient médiatique lors du premier championnat du Monde professionnel en 1970 et prit son véritable envol en 1975 lors de la création de la PKA.

- Le Kick-Boxing Américain : avec frappe en coup de pied circulaire dans les cuisses (low kick), né en 1963 lors des premiers opens américains de boxe birmane et prit son véritable envol en 1976 lors de la création de la WKA.

- Le Semi-contact : ou combat aux points (points-Fighting), plus proche d'un karaté sportif avec des gants et des chaussons en mousse que d’une boxe à proprement parler.

La Boxe Française (savate) aujourd'hui surnommée " SAVATE BOXE FRANÇAISE

Les boxes japonaises  :

- le kick-boxing japonais : kick-boxing avec coups de genou directs, frappe en coups de pied circulaires dans les cuisses (coup de pied bas - low kick) et saisies du tronc. Il est né après les jeux olympiques de 1964 de Tokyo.

- le shoot-boxing  : c’est la version ancienne du kick-boxing japonais. Boxe pieds-poings-genoux avec projections et techniques de soumission.

les boxes de l’Asie du Sud-Est dites « martiales », où une grande diversité de techniques de percussion et projection sont permises. Ces disciplines sont dites à « neuf armes » (deux poings, deux pieds/tibias, deux genoux, deux coudes et tête). À l’origine dans ces disciplines les rencontres interethniques se déroulent « au finish » et sans véritables règles. Certains historiens pensent que ces cinq formes de combat traditionnelles se sont mutuellement influencées à la suite des mouvements de population, et notamment grâce aux ethnies communes.